Foire aux questions

L'injection de cellules souches se fait soit intra-lésionnelle pour les pathologies ostéo-articulaires soit en intraveineux pour les maladies inflammatoires générales.

Pour le cheval, les injections se font sous sédation.
Attention, les injections intra-veineuses réclament une concentration plus importante de cellules pour avoir un effet (2 millions de csm par kg). Pour qu'une injection en intra-veineuse soit efficace sur un cheval, il faudrait donc environ 1 milliard de cellules souches.

Pour le chien, elles se font sous anesthésie générale.Dans les cas de poly-arthrites, il est préconisé de renforcer les injections intra-articulaires par une injection intra-veineuse.
La durée des effets des traitements par cellules souches est très variable.

Elle dépend des paramètres suivants:
>
Type de pathologie
>
Sévérité de la pathologie
>
Localisation de la pathologie
>
Chronicité de la pathologie
>
Qualité du traitement injecté (concentration de cellules, méthode de préparation)
>
La source de cellules souches utilisées
>
Nombre de répétition des injections et espacement entre deux injections.

De façon générale, les effets d'une injection de cellules souches varient entre 2 et 6 mois.
Par opposition à un médicament, il n'y a pas qu'une substance active mais les cellules souches produisent leur effet par le relargage d'un grand nombre de molécules naturelles.

Les cellules souches sont injectées vivantes donc cela engendre des variabilités fonctionnelles qui peuvent être liées:
>
aux donneurs 
> à la source 
> à la méthode de préparation  
Après 15 ans de recul chez l'homme, il a été montré que les cellules souches mésenchymateuses entrainent très peu d'effets secondaires et de risques pour les patients.

  • Risque d'intolérance liée à la vitesse d’injection en intraveineux. Lors de l'injection en intraveineux, les cellules souches se logent dans les capillaire poulmonaire entrainant un risque de trappage. Pour réduire ce risque, il convient de réalisation les injections en intraveineux à vitesse lente.
  • En fonction des conditions de culture, les antigènes HLA peuvent se réactiver. La maitrise des procédures de production est donc un élément clé. Pour réduire ce risque Stem-T vérifie la non-expression du complexe majeur d'histo-compatibilité de classe II pour chaque lot qui sort du laboratoire.

Le risque tumoral est connu pour être très marginal pour les cellules souches mésenchymateuses. Attention, les cellules souches embryonnaires expriment plus fortement les antigènes HLA entrainant un risque d'expression du complexe majeur d'histo-compatibilité de classe II. De plus, les cellules souches néo-natales comportent un risque de transformation maligne en cellules cancéreuses ou tumorales. Ce n'est pas le cas pour les cellules souches mésenchymateuses proposées par StemT

  • Cellules souches embryonnaires:

Cellules souches pluripotentes obtenues sur un organisme au stade embryonnaire. Elles sont très difficiles à récupérer pour une utilisation autologue.

  • Cellules souches néo-natales:

Cellules souches mutlipotentes obtenues sur le placenta ou le cordon ombilical. Ces cellules sont immunitairement naives. Elles sont difficiles à utiliser en autologue car il faut avoir prélevé le patient à la naissance. Ces cellules ont une capacité faible de différenciation par rapport aux cellules souches mésenchymateuses. Elles jouissent d'une bonne capacité à se multiplier lors de la mise en culture.

  • Cellules souches mésenchymateuses:

Cellules souches multipotentes obtenues à partir de tissus du mésenchyme. Elles peuvent facilement se différiencier. Chaque source de cellule souche présente des caractéristiques fonctionnelles particulières.

  • Les cellules souches mésenchymateuses n'expriment que très faiblement le complexe majeur d'histocompatibilité de classe II. Les CSM sont donc "immunoprivilégiées" qui leur donne un caractère furtif.
  • Lors de l'injection des cellules, aucune réponse immunitaire ne sera déclenchée car les CSM ne sont pas reconnues comme exogènes.

Pour s'assurer de la bonne qualité d'un produit de thérapie cellulaire il convient de vérifier les éléments suivants:

  • Le produit est injecté sous 48h, maximum. Les cellules souches sont des organismes vivants et périssent avec le temps (apoptose). Des études scientifiques ont montré qu'une fois en seringues il ne reste plus que 80% de cellules après 24h et 60% après 48h. Il convient donc de connaitre les date et heures de sortie des cellules du laboratoire et de vérifier que moins de 48h se sont écoulées.
  • Le produit ne doit pas être congelé. Si le produit vous arrive congelé (boite thermique ou neige carbonique), cela entraine deux problèmes majeurs.
    > La viabilité cellulaire est de 50% lors d'une décongélation. Vous injectez deux fois moins de cellules qu'annoncé.
    > Votre seringue contient du DMSO et peut entrainer une intolérence. Le DMSO est utilisé en laboratoire pour la conservation des cellules en cuve à azote. Il faut impérativement laver les cellules du DMSO avant conditionnement. 
  • Les cellules doivent être qualifiées. C'est à dire que le laboratoire doit avoir réalisé des tests qualités (non contamination, capacités fonctionnelles des cellules).
  • Le lieu de préparations des cellules. StemT travaille dans un laboratoire de production aux normes utilisées en médecine humaine.

Real Time Web Analytics